image1 image2 image3
logo

Occitan !

 


FestiVous : Discours (triçes) dai pairi' 2011
Jean-Luc Domenge


Bouonjourn en tous e à la coumpagniὸ,

[…] Que sejés vengus de la Boulineto pèr la valau de la Tiniὸ ou, coumo iéu, pèr Pièrlos e lou couol de Sino, arribas rè eici pèr asart. N’i a que si pourrion crèire que sièn eici ai bout dai mounde, si troumpon bembè. Sièn rè eici ai bout de quarcarè, ma sièn ai coumençament de quarcarè. Sièn lèis un pèis à la crousau das chamins. Si chal enavisar qu’un viage s’en puavon toujourn pèr las crèstos, en plaço de sèguer la ribiero. Mocὸ fa qu’Ilonso es uno sentinello pavau subre soun brec, regardiant la Boulino, Mariὸ, Clans, ma entretenènt magaro enca mai de liams embé Tièri, Pièrlos e Liéucho, lèi lou Chans e lou Var. Ce qu’estouno lou mai en venènt eici es de li troubar de gènts tant avenènts, puro an agu la routo qu’en 1949. […]

Meme se las terros soun plus semenaus de blad, meme se lous peïsans an abandouna dais e magais, meme se de pastres n’i a plus gaire ; es pèr iéu un pèis magic que l’espàci de quàrcu meses saup enca viéure en gardant lou pu bouὸ de nouostro civilisacὶou : lou partage, l’amitiè, lou sèns de la fèsto facho emé rè o pas grand cauvo. Fèsto bèn simboulisau pèr la mourro, aquel juec à gratis que demando que la ma’ e la vous. Lèis aquelo lengo d’Ilonso que prὸvou de parlar encuei si ve bè lous arquaïsmes vengus tout drech de l’age mejan e si sènte la mesclo armouniouὸ entra las influènços prouvençalos e nissardos, piemountesos e alpinos. Bèl pouost dounco pèr s’alegrar dins nouostro lengo que siojo d’aquinaval o de damou’, que li dijon patouas, gavouot o oucitan, nissart o nosto modo, avèn aqui tres journs pèr si retroubar entra nautres sènso coumplicacὶou pèr la parlar, la chantar, la criar e pèr fa fèsto. […]

Ma FestiVous que vouol dire ?

Créu que lou FestiVous es premierament uno festὸ à dimensὶou umano doun cadu’ pouol escoutar, aprouchar, counouisse l’autre, si faire d’amics e acὸ sènso internet ! Es la fèsto pèr vous, es la fèsto pèr vautres gardant la memo idèio que la plancardo qu’estachavon lèi lou temp à l’entrau de vilo pèr lou festi’ : « Honneur aux étrangers !» […]

Encuei Ilonso es un pὸu l’amourὶgou, lou cèntre de la culturo nissardo e gavouoto. Es uno evidènço que li revendren l’an que vè que lou preverbi dis : « Qu vèn en Ilonso un journ, li revendra toujourn ». Lou bambi’ FestiVous a ja tres ans, chamino e si desbrouio d’à soulet, ma soun pairi’ li vouol bè e a bèn l’idèio de l’acoumpagnarenca’na bando d’ans.

Pèr lou tresième FestiVous que si souone la Vivo !

Jean-Luc Domenge

 


 

FestiVous : Discours (extraits) du parrain 2011, Jean-Luc Domenge.

Bonjour à tous et à la compagnie,

[…] Que vous soyez venus de la Bollinette par la vallée de la Tinée ou, comme moi, par Pierlas et le col de la Sine, vous n’arrivez pas ici par hasard. Certains pourraient se croire que nous sommes ici au bout du monde, ils se m’éprennent complètement. Nous ne sommes pas ici au bout, mais au commencement de quelque chose. Nous sommes dans un pays à la croisée des chemins. Il faut se souvenir qu’autrefois les gens passaient toujours par les crêtes au lieu de suivre la rivière. Tout cela implique qu’Ilonse est une sentinelle posée sur son éperon, regardant La Bolline, Marie, Clans, mais entretenant peut être encore plus des liens avec Thiery, Pierlas et Lieuche, dans le Cians et le Var. Ce qui surprend le plus en venant ici est de trouver des gens si accueillants alors que la route n’est arrivée qu’en 1949. […]

Même si les terres ne sont plus semées de blé, même si les paysans ont abandonné faux et houes, même s’il n’y plus guère de bergers ; c’est pour moi un pays magique qui l’espace de quelques mois sait encore vivre en gardant le meilleur de notre civilisation : le partage, l’amitié, le sens de la fête organisée avec rien ou pas grand-chose. Fête symbolisée par la mourra, ce jeu gratuit qui ne requiert que la main et la voix. Dans cette langue d’Ilonse que j’essaie de parler aujourd’hui on remarque bien les archaïsmes venus tout droit du moyen-âge et on entend le mélange harmonieux entre les influences provençales et niçoises, piémontaises et alpines. Endroit parfait, donc, pour se régaler dans notre langue que l’on soit d’en bas ou d’en haut, qu’on le nomme patois, gavot ou occitan, niçois ou nostro modo, nous avons ici trois jours pour se retrouver entre nous sans complications pour la parler, la chanter, la crier et pour faire la fête. […]

Mais que veut dire FestiVous ?

Je crois que le FestiVous est avant tout une fête à dimension humaine où chacun peut écouter, approcher, connaître l’autre, se faire des amis et cela sans internet ! C’est la fête de la « vous », c’est la fête pour vous gardant la même idée que la plancarde qui était autrefois attachée à l’entrée du village pour le festin : « Honneur aux étrangers !» […]

Aujourd’hui Ilonse est un peu le nombril, le centre de la culture niçoise et gavotte. C’est une évidence que j’y reviendrai l’an prochain car le proverbe dit : « Qui vient à Ilonse un jour, y viendra toujours ». Le bébé FestiVous a déjà trois ans, il marche et se débrouille tout seul, mais son parrain ne lui veut que du bien et a l’idée de l’accompagner très longtemps.

Pour le troisième FestiVous que sonne la Viva !

Jean-Luc Domenge

 

 

La nuech ilounseco
Jean-Pierre Belmon


La nuech tebe cracina de grilhets dins leis erbas autas. Amont, leis estelas m’encapitelan. Ai quitat la susor de la festa, la poussa que levan lei pas dei dansaires, lo perfum de cervesas vuejadas e lei bramadissas au pontin onte quauquei moraires pican sus lo taulier. Dins l’escur de l’escalinada, m’en siau puat devers cap-mont. La figura negra de la glèisa, barris de l’ancian castèu e pièi lo pichin campe sant. Lei morts tamben participan de la festa. Siau segur que se chalan d’aquela musica qu’arriba a boffes dau festin. Rauba capèu mena son trin endemoniat.

Sota de la luganha, m’avaste au mitan dei rocas blancas fins a l’amirador. Tot en bas, lei lumes de Clans e de Maria. Pièi drech davant, lei lampadaris de Rimplas e au trefons de la Vau de Blora, la Bolina que sei lumes trantalhan coma lei que nos arriban de luenchas galaxias. La mapa dau cèu s’es pausada sus la montanha blanca que nos espincha d’eiçamont. M’asseto subre la peira cauda. Ni fum de fen que seca, nimai de vacas com’autrei temps. Solament la nuech ilonsenca d’erbas secas e bessai de tilhou, arribe pas de devinar ço que s’enaira de la terra dura.

Lo païs parla a la chut-chut dins l’aurelha d’aqueu que lo vou entendre. La majer part n’es pas conscienta, incapable d’esplicar ço que buta a durbir a brand lei portas dau païs e comuniar a la messa de la lenga. En Ilonso, de monte que venguesson, dins un moment de fragila alquimia, se fondan lo temps d’una esluciada dins aquel paisatge solombros e participan au Cant dau monde. Sofis, son plus qu’un grum de poussa dau grand tot.

Alor, darrier balètis e correntas, au trefons d’un pote de bros o dins l’ultima cant d’un chocaton, just avant que bluieja lo levant, se leva una musica celestiala que trauca, temps en temps, lo siblet d’un pastre que sort sei bestias o lo chot d’un duganel eilamont devers lo pas de Sina. Una campana dinda d’en Tinho. Tot’ara, la lutz escafarà lei peadas que laisseran lei fadas a l’entorn dau païs. La testa plena dau bosin de la festa, bèurem lo cafè amar, estonat qu’un an encara, l’alquimia aguesse foncionat. Mai n’en parlem en degun de paur que nos prenguessan per de jobis. Gardem au cros de noste cor lo secret de la magia d’Ilonso e dins lei marrits moments que la vida nos serva, se pensarem que lèu tornarà la nuech ilonsenca.

Jean-Pierre Belmon

 


 

La nuit ilonsoise

La nuit tiède grince de grillons dans les hautes herbes. Ma tête côtoie les étoiles. J’ai abandonné la sueur de la fête, la poussière que soulèvent les pas des danseurs, les odeurs de verres renversés et sous les passages couverts, les cris des joueurs de mourra qui frappent sur une table. Dans l’obscurité, j’ai pris les escaliers vers en haut. La silhouette noire de l’église, rempart de l’ancien château et puis le petit cimetière. Les morts eux aussi participent de la fête. Je suis certain qu’ils prennent plaisir à cette musique qui arrive par bouffées depuis le festin. Rauba Capèu mène son train démoniaque.


Sous la lumière de la lune, je m’avance au milieu des roches blanches jusqu’au belvédère. Tout en bas, les lumières de Clans et de Marie. Puis droit devant, les lampadaires de Rimplas et au fin fond du Val de Blore, La Bolline dont les lumières tremblotent comme celles qui nous arrivent de lointaines galaxies. La carte du ciel s’est posée sur la montagne blanche qui nous regarde de tout en haut. Je m’assieds sur la pierre chaude. Ni parfum de foin qui sèche ni d’étable comme autrefois. Seule la nuit d’Ilonse aux odeurs d’herbe sèche et peut-être de tilleul, je n’arrive pas à distinguer ce qui s’élève de la terre dure.


Le pays murmure à l’oreille de celui qui veut l’entendre. La plupart d’entre nous n’en est pas consciente, incapable d’expliquer ce qui pousse à ouvrir en grand les portes du pays pour communier à la messe de la langue. A Ilonse, d’où qu’on vienne, dans un instant de fragile alchimie, on se fond le moment d’une illusion dans ce paysage hautain jusqu’à participer au «Chant du monde».


Alors, au-delà des « balèts e correntas », au fin fond d’un pot de brous, dans l’ultime chant d’un ivrogne, juste avant que ne bleuisse le levant, une musique célestielle s’élève que transperce de temps en temps le sifflet d’un berger qui sort ses bêtes ou le son d’un hibou vers le col de la Sine. Une cloche tinte dans la Tinée. Bientôt, la lumière effacera les traces de pas qu’ont laissées les fées tout autour du pays.  La tête pleine des rumeurs de la fête, nous boirons le café amer, étonnés qu’une année encore, l’alchimie ait fonctionné. Mais n’en parlons à personne ! On nous prendrait pour des fous. Gardons au creux de notre cœur le secret de la magie d’Ilonse. Dans les mauvais moments que la vie nous réserve, nous songerons que bientôt reviendra la nuit ilonsoise.

Jean-Pierre Belmon


La counouissès la musico ?
Pascal Colletta


Faire de musico, si faire musicaire, chantaire es uno arbasuὸ que n’es rè dounau en cadu’ : chal un pau de voio e bèn segur de biai. Encuei i’a d’escolos pèr emparar coumo si chal tout acὸ, ma toutuno es pi uno arbasuὸ que cousto car. Saupre jugar d’un instrument, pèr esemple, es malurousamènt rè pèr tout lou mounde.

D’aquelo manièro n’en avèn fach quarcarè que dèu estre perfetamènt istouria e trabaia coumo la liçou’ dai chef d’orquestre. Fa que la musico es devenguὸ lou champ de proufessiounals, jugau pèr de proufessiounals pèr un mounde que si senton « proufessiounals ».

Ma de la musico populari que n’avèn fach ? Aquelo que èro d’un cὸu, aquelo emparau pèr charrièro o en famiho, aquelo sentiὸ à l’entourn d’uno auberge, lou sèro d’uno fèsto, d’un tourn de vilo.

Es segur qu’èro pas tant bèn jugau, pas tant bello qu’aquelo troubau lein lous libres, ma es bèn aquesto musico que rechampavo l’amitiè e l’envèio de partajar.

Moucὸ soun biai es magaro pas tant de bèn jugar, ma bèn de faire naisse uno communiéu, uno vido, de rires.

Coumouco un vièi timbalièr de damoun, pèr parlar simplament, mi dihio : « Sien rè prouprietari de la musico. L’aven pihau as nouostres anciens uno vὸut pèr la dounar as nouostres jouves à jamai. E pèr n’en jugar, pas besoun de sourtir de Sant Cyr : chal juste uno bouono entamenau e uno bouono fin. Ai mitan pouos anar cagar un cὸu ! »

Vouliὸ dire qu’èro l’aimo de la fèsto que countavo e rèn d’autro. La counouissès alouro la musico ?

Pascal Colletta

 



Vous la connaissez la musique ?

Faire de la musique, devenir musicien, chanteur est une passion qui n’est pas donnée à chacun : cela nécessite volonté et virtuosité. De nos jours il y a des écoles pour l’apprendre comme il se doit, c’est néanmoins une passion qui coûte cher. Savoir jouer d’un instrument n’est, par exemple, malheureusement pas à la portée de tout le monde.

De cette manière nous en avons fait quelque chose qui doit être parfaitement suggéré et exécuté telle la démonstration du chef d’orchestre. Cela implique que la musique est devenue l’apanage de professionnels, jouée par des professionnels pour des gens qui se présument « professionnels ».

Cependant, qu’avons-nous fait de la musique populaire ? Celle d’autrefois, celle apprise dans les rues ou en famille, celle entendue à l’auberge, le soir d’une fête, d’une aubade.

Il est évident qu’elle n’était pas aussi bien jouée, pas aussi remarquable que celle découverte dans les livres, mais c’est bien cette musique qui recueillait l’amitié et l’envie de partager.

Ainsi son intention n’est peut-être pas de si bien jouer, mais bien de faire naître une communion, une vie, des rires.

Pour illustrer cette idée un vieux joueur de grosse caisse de mon village, pour parler simplement, me disait :

-«Nous ne sommes pas propriétaires de la musique. Nous l’avons prise à nos anciens, un moment, pour la donner à nos jeunes, à jamais. Et pour en jouer, pas besoin de sortir de Saint Cyr : il faut juste un bon début et une bonne fin. Au milieu tu peux aller satisfaire une envie pressante ! »

Il voulait signifier que c’était l’âme de la fête qui comptait et rien d’autre. Vous la connaissez alors la musique ?

Pascal Colletta

2017  FestiVous | Festival Occitan   globbers joomla templates